Qui était Jules LEROUX

 

Jules Auguste Leroux est né le 11 décembre 1880 à Villers-Semeuse (Ardennes). Il décède  le 16 juin 1915 à Roclincourt (Pas-de-Calais), lors du premier conflit mondial. Il est connu en tant qu’écrivain et poète, certains le considèrent comme l’inventeur du roman Ardennais.

 

BIOGRAPHIE 

Tôt orphelin de père, Jules Leroux est remarqué par son instituteur, Monsieur Richer, qui obtient de sa mère l'autorisation de se charger de lui.

Après l'école communale de Villers-Semeuse, Jules LEROUX fréquente le cours complémentaire à Mohon. En 1897, le concours d’entrée en poche, il intègre l'école Normale des instituteurs de Charleville. Trois ans plus tard, titulaire du brevet supérieur,  il est nommé instituteur à Gespunsart, puis à Nouzonville. En 1904 il est en poste  à l’école primaire de Mézières (actuellement lycée Monge) où il y enseigne la littérature, l’histoire, la géographie, la morale et l’écriture. En 1905, après avoir réussi le concours, il entre à l'Ecole Normale Supérieure de Saint-Cloud.  En 1907, il réussit son professorat et enseigne à l'Ecole Normale de Douai, en tant que maître-interne et professeur de lettres.  Il est en plus chargé du cours de l'Histoire de l'Art à l'École Municipale des Beaux-arts, où il rencontre un vif succès.

Jules Leroux, encore méconnu, établit des liens avec, entre autre, Louis Pergaud, auteur déjà établi, et cela va faciliter son « entrée en littérature ».

En 1911, L’écrivain Ardennais espère que son premier ouvrage, une fille de rien, soit reconnu digne de concourir pour la « suprême distinction », le prix Goncourt, mais ce ne fut pas le cas, il ne reçoit pas assez de voix.

Poète, romancier et critique d’art, Jules Leroux est un homme aimant les gens simples et la vie rurale, au service desquels il met sa sensibilité et sa culture.

Volontaire en 1914, Jules Leroux est blessé à la main. Guéri, il remonte au front. Nommé caporal au 41ème régiment d'infanterie le 14 juin 1915, il disparaît deux jours plus tard, le 16 juin 1915, au combat à Roclincourt. Par jugement du tribunal de Douai, le décès est transcrit le 3 mai 1921. Jules Leroux est déclaré « Mort pour la France »..

 

BIBLIOGRAPHIE :

Les poèmes :

Les Franges du rêve, poèmes, 1908.

L'Aube sur Béthanie, poèmes, 1909.

A la forêt d'Ardenne, poème, 1909. Repris dans la Brume Dorée.

La Brume Dorée, poèmes, 1910.

La Muse Noire, poèmes, 1911.

Les romans :

Une Fille de rien, roman, 1911.

Léon Chatry, instituteur, roman, 1913.

Le Pain et le Blé, roman, 1922 (livre posthume).

Les critiques d’art :

Etude d’un tableau de Jehan Bellegambe, exposé à l’église Noter Dame de Douai, 1911.

Monographie sur le sculpteur Jean de Bologne, 1912.

Monographie sur le peintre Jehan Bellegambe, natif de Douai, 1913.

 

Date de dernière mise à jour : 07/12/2013

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×